Pierrefitte Lavedan Modélisme (65)

Akula

samedi 18 mai 2013 par Eric

Je ne sais pas pourquoi ça m’a pris, j’ai déjà plein de modèles en cours, mais je me suis remis à la construction d’un modèle de submersible que j’avais laissé tombé il y a bien longtemps.

C’est un kit d’un classe AKULA soviétique (requin). Il n’a vraiment pas l’aspect maquette, mais bon...

Le modèle réduit provient de chez Dumas Boat.
Je me suis autorisé quelques modifications, et la peinture sera faite quand j’aurai le temps !

Pour la propulsion j’ai enfermé un Lipo, avec comme fermeture le haut d’une bouteille d’eau. Le joint d’étanchéité est de la toute dernière technologie : merci monsieur Rubson-salle-de-bain.

J’ai abandonné le kit radio fourni pour ma bonne Futaba en 41 qui est à mon avis bien plus fiable.

Je vais ensuite passer à la phase de réglage du lest. La plongée sera en mode dynamique pour le moment (exclusivement liée à la poussée du moteur et à l’inclinaison des barres de plongée).

Quelques infos sur le grandeur (merci wikipédia) :

Akoula (Акула signifiant requin en russe) est le code OTAN pour désigner un sous-marin nucléaire d’attaque soviétique. La dénomination russe est « Project 971 Chtchouka B » (Щука ou Chtchouka signifiant Esox ou brochet en russe). La classification OTAN (Akoula I, II, III) n’a pas d’équivalent en Russie car les projets 971 diffèrent tous les uns des autres. Il existe de nombreuses différences entre chaque sous-catégorie (par ex. 971, 971M, 971U, 971A...).

L’Akoula a été conçu en réaction aux sous-marins américains de classe Los Angeles. Il fut une refonte complète de la classe Alfa (déjà bien avancée pour son époque).

De 1985 (date du lancement du premier Akoula K-284 Akoula) à 1991, sept bâtiments interdirent l’accès au pôle nord avec leurs huit tubes lance-torpilles (4 tubes de 533 mm et 4 tubes de 650 mm)

Ils peuvent emporter un large choix de 38 armes comprenant des torpilles explosives (dont la Chkval), des torpilles à détection de sillage, des missiles mer-mer et des mines ainsi que des torpilles leurres, imitant grâce à un générateur sonique le bruit d’un sous-marin. Tous les Akula furent affectés à la flotte du Pacifique jusqu’en 1994. La marine soviétique puis marine russe donna naissance à 13 Akoula.

C’est l’un des sous-marins les plus perfectionnés de la marine russe. Au niveau des émissions sonores, il est réputé plus silencieux que le Los Angeles, au moins à faible vitesse.

Accidents :
Le 8 novembre 2008 à 5 h 30 GMT, un accident à bord du Nerpa (K-152) alors en essais en mer du Japon/mer de l’Est avant son prêt à la Marine indienne1, provoque la mort de 20 personnes et en blesse 22 autres, qui sont évacuées dans le territoire du Primorié. Le sous-marin a lui-même regagné le 9 novembre 2008 cette base de la Flotte du Pacifique, située à Bolchoï Kamen, à 150 km de Vladivostok, accompagné du navire de sauvetage Saïany. L’activation inopinée du système anti-incendie et la libération, selon certaines sources, de trichlorofluorométhane (fréon 11) toxique est à l’origine de l’accident, le plus important rencontré par la Marine russe depuis le naufrage du Koursk le 12 août 2000. Selon les autorités russes, le facteur humain est exclu2, ce que démentent certains experts et vétérans en arguant que la surpopulation à bord du submersible (208 personnes disposant d’un masque à gaz au lieu de 73, dont 127 techniciens ou civils peu aguerris aux procédures d’urgence 3) pourrait avoir été un élément déterminant dans l’accident4. La commission d’enquête 5 conclut à la responsabilité d’un marin, membre de l’équipage permanent du sous-marin6, soupçonné d’avoir mal réglé le capteur de température7. Il est inculpé d’homicide involontaire. Cependant, des ingénieurs ayant construit le sous-marin indiquent que le système anti-incendie est trop complexe pour être déclenché par erreur par un membre d’équipage8 et des matelots mettent en cause l’ordinateur de bord, qui aurait déjà déclenché inopinément en usine le système anti-incendie 9, comme des masques à gaz défectueux10. Enfin, l’usage de l’anglais dans les logiciels et les instructions affichées du système anti-incendie est évoqué comme facteur de l’accident11. Finalement, l’on apprend le 25 novembre 2008 des chantiers navals que le panneau de contrôle central du système anti-incendie est « mal fini » et « a déjà connu des problèmes » et que le système « Molibden-I » de contrôle centralisé du bâtiment lui-même « exige de sérieuses améliorations »12. Les essais en mer du Nerpa se poursuivront jusqu’en mars 2009 au plus tard13 avec le même équipage à l’issue de l’enquête et des expertises techniques nécessaires14. Le 29 décembre 2011, il est officiellement remis a l’Inde pour une location de 10 ans d’un montant de 920 millions de dollars15.


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1343 / 115431

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site K. Modélisme naval   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License